Le Maroc franchit le pas et se dote d’un réseau local du «Pacte mondial» qui est une initiative des Nations unies visant à inciter les entreprises à adopter une attitude socialement responsable. Ce réseau a été lancé samedi par la CGEM et le PNUD, avec un noyau dur constitué de sept entreprises pour commencer.

Le Maroc fait désormais partie des pays qui ont un réseau local du «Pacte mondial». Celui-ci est une initiative des Nations unies lancée en 2000 et dont l’objectif est d’inciter les entreprises à adopter une attitude socialement responsable. Elle dispose jusqu’à aujourd’hui de 80 réseaux internationaux et régionaux.

Le «Réseau Pacte mondial Maroc» a été lancé officiellement samedi dernier à Casablanca, avec la signature de la convention de partenariat pour sa mise en place entre la présidente de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM), Miriem Bensalah-Chaqroun, et Philippe Poinsot, représentant résident du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) au Maroc.

Par la même occasion, un accord de financement a été signé entre le PNUD et les entreprises leaders qui vont appuyer et accompagner la mise en œuvre de ce réseau pendant les deux premières années de son lancement, le coût global du projet étant de 400.000 dollars. Elles sont sept au total : La compagnie d’assurances et de réassurances Atlanta, BMCE Bank of Africa, Cosumar, Groupe Crédit Agricole du Maroc, Lydec, Les Eaux Minérales d’Oulmès et Maroc Telecom. Ces entreprises devront jouer, notent Miriem Bensalah-Chaqroun et Philippe Poinsot, le rôle de locomotives pour inciter d’autres entreprises à intégrer ce réseau. Elles siègeront au comité de pilotage du réseau qui tiendra sa premièrement très prochainement, selon les signataires.

En plus de la CGEM, du PNUD et de ces entreprises, le «Réseau Pacte mondial Maroc» implique également le ministère des Affaires générales et de la Coopération.

Par ailleurs, cette signature fait suite à la lettre d’entente y afférente, signée entre le PNUD et la CGEM à Marrakech, le 15 novembre 2017, en présence de l’administratrice du PNUD, Helen Clark, lors de la COP 22. Le PNUD apporte son expertise technique en matière d’intégration des principes du «Pacte mondial» dans les stratégies corporate des entreprises pour «l’atteinte des Objectifs de Développement durable», est-il noté. Il joue également le rôle de facilitateur pour l’accès aux outils de bonnes pratiques au niveau des réseaux mondiaux et régionaux du «Pacte mondial» et promeut les échanges des expériences et des bonnes pratiques RSE des entreprises marocaines, y compris celles bénéficiaires du Label RSE (Responsabilité sociétale des entreprises). La CGEM se propose, quant à elle, «de capitaliser sur (…) le travail RSE qu’elle a mené depuis une dizaine d’années, augmenter la visibilité et le positionnement à l’échelle mondiale aux entreprises marocaines engagées en la matière».

Ce partenariat vise également la reconnaissance du Label RSE de la CGEM par le «Pacte mondial», basée sur une étude de convergence entre les dix principes du «Pacte mondial» et les dix axes de la charte RSE de la Confédération.